Notre deuxième bureau est pendu sur l’autoroute

Après beaucoup de temps passé à travailler sur d’autre choses, Gaétan et moi avons décidés de se voir pour une séance d’écriture sur “Tunerz”. Pour couper le temps que l’on doit passer en voiture tous les deux, on s’est vu à Nivelles – et plus précisement au-dessus de l’autoroute. On se voit de temps en temps dans un Carestel grandiose qui surplombe le trafic. C’est assez marrant, surtout pour un film sur le tuning. C’est aussi un endroit assez calme et sans distractions.

A ce stade-ci, on est en train de peaufiner le scénar plutot que de changer l’histoire. On doit encore la présenter à l’un ou l’autre partenaire potentiel. Pour l’instant, les contacts sont avec l’Allemagne et l’Espagne. On s’est promis-juré de la finir la semaine prochaine.

Cannes 2009

Audi R8 with Tunerz logo in Cannes
Audi R8 with Tunerz logo in Cannes

Cannes 2009 was a very different beast from last year. On the one hand, we were attending with a finished script. On the other, the industry is going through a very difficult stage. Prior to going down, there were many horror stories in the press about bankruptcies, the impossibility of raising capital and bad weather. So how did it go?

Cette année à Cannes a été fort différente de la précédente. D’un côté, nous avons un scénario fini. De l’autre, l’industrie subit une crise profonde. Qu’est-ce que ça a donné?
Continue reading Cannes 2009

Pimp my T-shirt

Avec l’été qui arrive, on s’est dit qu’on se ferait des T-shirts pour les tuning shows. Et pour tout dire, j’en ai tiré pour porter à Cannes. Donc je deviens un homme sandwich pendant quelques jours.

Mais il y a une autre raison. Le développement du film nous coûte. Donc, chaque fois que quelqu’un achète un T-shirt, il – ou elle – nous aide pendant cette période. Les Ts sont de bonne qualité. Attention les mecs: soyez pas trop macho. XL est vraiment extra large! J’en ai fait l’expérience. Click through for the English version

Continue reading Pimp my T-shirt

On the road to Cannes

Ben oui. Il est temps: le marché de Cannes. C’est bizarre. Nous recevons deux messages diamètralement opposés. D’un côté, on nous dit qu’il y aura moins de monde à Cannes, que les choses vont mal, qu’il y a plus de financement possible pour des films. De l’autre, les rentrées cinéma sont en hausse un peu partout. Et des magazines comme Screen International nous disent que de bonnes idées commerciales trouveront toujours des financements. Est-ce que Tunerz est assez commercial? Nous le pensons, et le succès de F&F IV et là pour nous conforter. D’autant plus qu’il y a déjà trop de films d’auteur qui ne trouvent pas de distribution. Et nous avons aussi plein de chouettes idées pour le distribution une fois le film fini. Donc, oui. On y va avec optimisme. Click through for the English version.
Continue reading On the road to Cannes

Des perles à jeter

screenshot-4Je lisais l’autre jour une interview de Terry Rossio (Pirates de Caraïbes, etc) où il décrit le début d’une idée, avec une prémisse, une idée du personnage principal, et “quelques scènes cool”. Ces perles servent ensuite de structure à sa pensée lors de l’élaboration. Mais il ajoute un peu plus loin, “c’est triste quand – beaucoup plus tard – une de ces premières images clé est abandonnée ou tombe de l’épine dorsale de l’idée orginale”. Que faire…

Continue reading Des perles à jeter

Lever des fonds

J’adore l’expression “lever” des fonds. Un peu de levure, un peu de chaleur et hop! Un fond se lève! Mais en regardant les sources de financements possible pour “Tunerz”, force est de constater que la démarche est plus difficile que ça. Le cinéma demande une approche différente que d’autres industries. Un chocolatier qui se tourne vers des financiers peut leur montrer sa recette, son usine et ses marchés possibles. Si ça marche, il pourra reproduire son produit – une barre de chocolat ou une pâte à tartiner – quasi à l’infini. Un film est à priori une espèce de “one shot”. Mais pour Tunerz, nous sommes ne train de concocter un plan qui fera que le film aura une vie en dehors des salles de cinéma. On en parlera plus au moment opportun car comme tout bon chocolatier, on n’a pas envie de divulguer la recette directement! For the English version, click through
Continue reading Lever des fonds

Rémy Julienne: cascadeur par excellence

Inévitablement, il y a aura des courses et des cascades dans “Tunerz”. Mais je ne me porte pas volontaire pour les faire. Donc, Gaétan est en train de regarder les cascadeurs en Europe. Assez rapidement, un nom sort du lot: Rémy Julienne. Si, vous le connaissez. C’est lui et ses équipes qui font des miracles sur roues depuis 40 ans. La liste de ses films est vraiment trop long, mais quelques titres suffisent pour illustrer: “The Italian Job” (L’or se barre – rappelez-vous: les Mini Cooper à Turin), six James Bond et la série “Taxi”.

Gaétan l’a rencontré lors d’un festival de cinéma à Mons en Belgique et donne un aperçu de la carrière de Rémy Julienne.

Mais comment est-ce qu’on écrit des cascades?
Continue reading Rémy Julienne: cascadeur par excellence

Cannes 2008: impressions and tips

Tunerz producer Gaétan Cardella in Cannes
Tunerz producer Gaétan Cardella in Cannes

Every May for the past 60 years, this small French town hosts the 3rd most important event in the world after the Olympic Games and the World Cup: the Cannes Festival. Hordes of professionals, stars, impassioned and the curious arrive in the seaside resort. If you want some tips about surviving Cannes, click through for more.

You can get to Cannes by car, train or plane. Find a hotel early as they are booked well in advance, in some cases 2 years before. If you have money you can rent a suite at the Majestic, Carlton or Palm Beach for only €3000 a night. With the crisis, if you stay more that 2 nights you can get a discount of 25% for the followings nights. I found a little 3-stars hotel at 15 km from Cannes for 90 euro a night just 300 m from the beach and station. Click here for a wide choice of Cannes hotels.

Audi R8 at Cannes festival 09
Audi R8 at Cannes festival 09

I go to Cannes for business more than anything. This year I met producers and distributors from USA, Japan, Germany, France, Italy and Russia… Everybody was enthusiastic about our movie project about car races, except Belgium. My buisiness cards with my picture made a good impression, as did the postcard representing the poster of the film. Someone even asked if the film was already out.

The spectacle was as much on screen as in the street. We had come to sell our film. But I was distracted by the Motor Show in the street. First day, it was calm: Porsche 911, Ferrari 348 & 328, F355, Audi R8, Jaguar, Subaru Impreza, Lotus, BMW series 6, Nissan 350 Z, mostly convertibles. The second day was better: F430 Modena, Lamborghini Gallardo, Maserati, Corvette, Viper, Mustang, 911 GT3 and Bentley Continental. Third day, the firework show: Ferrari 599 and 612, Rolls Royce, Aston Martin, Maybach, Lamborghini Murcialego, Mercedes SLR. But the richest people don’t use cars. They travel by helicopter from their yacht.

But I had to take my eyes off the street to convince possible investors that our project is “bankable”, that there is a market of spectators that want to see cars on the screen. It is very complicated to explain to an investor for whom a car is simply a means of transport to go from point A to point B, that people make of their vehicle a passion, high with the row of art for some. We found American, Russian and Japanese companies that are interested. All we needed was… the script! We went with a 12-page treatment, a postcard – and some chutzpah.( glibness)

A few tips:

  • Learn English! Without it you get nowhere! When you speak with a Spanish and then with a German and you finish with a Russian, it will be in English. I cannot be clearer.
  • Secondly: Always have a bunch of business cards with you. When you first speak to somebody, after shaking hands the ritual is to exchange cards. Not having a card is considered a serious professional error: in a word you look “amateur”. And not a card made with the printer of your living room, a genuine business card printed in hard-bound and plasticized paper.
  • Third: the enemy is weight. Most people come by plane and have a limited amount of luggage. So don’t give them complete screenplays, as they are too heavy. You’ll send it by e-mail and save weight. If not, put your file on a USB key. Most people have their laptops with them. They download and immediately check your project. You can have a file of some pages but use it to show them, not to give to them. In any event, they are overbooked and will never have time to read a screenplay.
  • The good plan was the postcard with the subject and details. It visualized the film’s concept immediately and made it possible to advance the discussions. A postcard that is light and they can remember in a few months when you contact them again.
  • Fourthly: In Cannes, you’re talking business in a tropical environment. A short sleeved shirt and light trousers are enough for clothing. On the other hand, wear sport shoes, as you will walk several kilometres per day. But always bring something smart for the evening, as the nights are long and… lively.There are parties every evening in hotels, on the beach, on yachts and in private villas. Don’t forget a formal jacket. It’s the magic of Cannes. The guests are filtered. Some starlets, scriptwriters or spongers, spend their day trying to find out where the party will take place, where you have to be on a particular night, or in which party the producer or the director they want to meet will be. The Belgian party is open to everyone, and the surprise guest was… rain!!!

classic_car_in_cannes1) You can dream awake here. When you wear a formal jacket (obligatory!) and you climb the stairs, walking on the red carpet of the Palais des Festivals is a wonderful feeling. The lights, steps, photographers, gorgeous ladies in evening dress (well, most anyway), dozens of bodyguards, spectators pressed behind the barriers. OK, even if all these people are not there for you, even if you are a bit player in the show business parade, it’s a pleasure to be there and enjoy the shiver of the legend, just for a few moments.

2) You can meet bona-fide VIPs, movie professionals, journalists or freeloaders. Each one tastes the privilege of belonging to this enchanted bracket. And of course, there are the stars, inaccessible or that are almost never seen.

3) You can overdose on films. Oh yes, the Cannes film festival is primarily about movies, right?

5) It’s great to be there. If you walk on the Croisette alongside the beach, you can see anonymous artists trying to attract the attention of the idlers. It feels good to be between the sea, sun and palm trees. Yes. Cannes is great. I was tired, but glad. See us next year.

les aventures de Cannes (suite)

Le spectacle était autant sur écran que dans la rue.  Nous étions venus pour “vendre ” notre film , et j’étais très distrait  de notre objectif par le salon de l’auto qu’il y avait dans la rue. 

Premier jour, calme: Porsche 911, Ferrari 348, 328, Mondial, F355, Audi R8, Jaguar, Subaru Impreza, Lotus, Bmw série 6 , Nissan 350 Z, la plupart cabriolet.

Deuxième jour, c’est plus sérieux: F430 modèna, Lamborghini Gallardo, Maserati, Corvette, Viper, Mustang, 911 GT3, Bentley Continental,

Troisième jour, le feu d’artifice: Ferrari 599, et 612, Rolls Royce, Aston Martin, Maybach, Lamborghini Murcialego, Mercèdes SLR

Il a fallu hélas qu’on détourne la tête de la rue pour expliquer aux éventuels investisseurs que notre projet est “bankable”, il y a là un marché.  Des spectateurs qui veulent voir des voitures à l’écran. C’est très compliqué d’expliquer à un financier pour qui une voiture est un simple moyen de transport pour aller d’un point A à un point B, que des personnes font de leur véhicule une passion, élevé au rang d’art pour certains.

Nous avons trouvé des américains, de russes et des japonais intéressés. Il nous manquait juste ….le scénario!!

On est allé avec un traitement de 12 pages et une carte postale. Avec notre bagout ça a suffi, mais on nous attend de pied ferme à Cannes 2009.  Le scénario est en cours d’écriture.

Sous le soleil exactement

may08-002Le soleil brille toujours à Cannes – en tout cas, c’est ce que les gens veulent croire. Pourquoi donc leur dire qu’il y a des jours gris et même de la pluie ? Donc, on est à Cannes pendant le festival et il fait superbe. Dix jours pendant lesquels la ville devient la capitale du cinéma. Les rendez-vous sont pris, et assez rapidement on est dans le mécanisme de cette grande machine – les rapports entre les “film funds” allemands et les producteurs ; le rôle des distributeurs ; l’importance des stars dans le financement (ne parlons même pas de leur rôle dans le film, on y est pas encore).

On a rencontré un italien avec un projet de film avec des voitures de courses. On a vu “Street Racer”, un film russe assez décevant (oh, qu’il est facile de pointer du doigt les erreurs des autres !) et nous avons parlés avec un producteur japonais et un américain dans le genre.

Et oui, on a eu des moments Cannois. Comme le superbe lunch offert par The Times sur la plage (merci et thank you). Mais on a eu aussi une soirée belge sous une pluie torrentielle (ça ne s’invente pas).

Bon, les réactions sont positives. On est boosté tous les deux. Mais j’oublie quelque chose. Ah oui : il faut finir ce scénario.